Le Canicross, c’est quoi?

Le canicross est un sport relativement nouveau au Québec, mais déjà bien connu ailleurs dans le monde, surtout en Europe. C’est en fait de la course à pied où un chien est attaché à l’avant du coureur pour effectuer une traction.  C’est d’ailleurs du sport de cross-country que le nom provient.  Ce sport peut sembler plutôt simple, mais il faut savoir que malgré qu’il soit accessible à la majorité, il demande des équipements particuliers, une préparation physique et un travail préalable avec le chien afin d’être sécuritaire et agréable.

Tout d’abord, une visite dans un magasin spécialisé pour la course à pied s’impose.  De bons souliers de course en sentier sont nécessaires, selon la saison, la température et les habitudes de course de chacun.  Ensuite,le coureur doit porter une ceinture spéciale à la taille afin de diriger adéquatement la force de traction sur son corps.  Cela permet d’éviter les blessures au dos et d’utiliser les hanches et le bassin pour retenir le chien.  Le chien, quant à lui, doit porter un harnais de traction spécifiquement adapté à sa grandeur et à sa physionomie, qui libère les articulations des hanches et des épaules.  Finalement, les deux coéquipiers sont reliés par une corde comprenant une partie bungee afin d’absorber les chocs et de rendre la course plus fluide.  La résistance nécessaire de la ligne bungee peut varier selon les besoins de chaque équipe.  Ces pièces d’équipements peuvent se trouver chez certains détaillants d’articles pour chiens, mais il faut s’assurer d’être conseillé adéquatement.  Il est aussi important, lors de l’achat, d’amener votre chien pour une séance d’essayage!  Chez Nature Animale, nous disposons d’une salle complète d’essayage pour répondre à vos besoins.

(un aperçu de notre salle d’équipement )

Vous voilà maintenant équipé, c’est l’heure de mettre le nez dehors.  Le canicross se pratique en toute saison, mais il sera beaucoup plus facile, si vous êtes un débutant, de faire vos classes lorsqu’il n’y a pas de neige.  Si vous n’êtes pas déjà coureur, sachez qu’il vous faudra vous entraîner au moins 50 % du temps sans votre chien.  Celui-ci ayant déjà une fonction cardiovasculaire supérieure à celle de l’humain en général et un rythme de course plus rapide, le simple fait d’essayer de le suivre vous amènera au-delà de vos capacités.  Il vous faudra acquérir une base en course à pied et un bon tonus musculaire, car le rythme de l’entraînement augmente avec le chien.  Et même si vous êtes un coureur aguerri, préparez-vous à revoir votre posture de course, car la traction du chien amène invariablement le bassin vers l’avant.  Il faudra contrer cet effet en utilisant les abdominaux et aussi vous concentrer sur la pose du pied au sol.  Vous serez aussi amené à faire de plus grands pas.  Commencez doucement, sur de petites distances.

Ça y est, vous êtes prêts mentalement et physiquement à voler derrière votre chien!  Mais une question se pose alors : votre chien est-il prêt à vous accompagner?  Parlez-en à tous les adeptes du canicross, ils vous diront que Pitou n’a pas toujours ce sport dans le sang ni l’écoute et le calme qu’il faut pour bien se comporter.  En effet, le chien doit d’abord s’adapter au port d’un harnais qui fait bien souvent toute la longueur de son corps.  Plusieurs points de contact du harnais sont d’ailleurs à vérifier lors de l’achat, pour s’assurer du confort et de la sécurité de ce dernier.  Lorsqu’on attache la ligne de traction au harnais et qu’on l’attache à la ceinture, l’angle de traction ainsi créé est différent de ce à quoi le chien est habitué.  Certains chiens, s’ils ont été entraînés à l’obéissance en laisse, reviendront automatiquement près de vous. Ils devront donc apprendre qu’ils ont la permission, dans cette situation précise, de tirer sur la laisse, ce qui va souvent à l’encontre de l’éducation reçue.  Une fois que le chien a appris à tirer, il doit aussi apprendre à ralentir et arrêter. Cette étape est cruciale, vous comprendrez bien pourquoi!  Il sera également très utile de lui montrer certaines vitesses de course, comme le trot lent, rapide et le galop, afin de vous permettre de moduler votre vitesse selon les anomalies, dénivelés et obstacles du terrain.  Les indications de virages à gauche et à droite sont aussi primordiales, que ce soit pour prendre un embranchement dans les sentiers, éviter un obstacle ou dépasser un autre coureur.  C’est avec constance, patience et persévérance que vous y arriverez et, pour vous aider, il existe quelques formations données par des adeptes du sport.

Comme toute activité physique, le canicross comporte certains risques physiques, autant pour le maître que pour le chien.  La course à pied jumelée à la vitesse et la force du chien représentent souvent des défis et demandent parfois des soins adaptés. Tout comme le coureur apprécie les bons services de certains professionnels de la santé, il en va de même pour le chien.  Il est important de vous assurer avec votre vétérinaire que votre chien est en bonne forme physique et ne présente aucun problème pouvant nuire à la pratique du sport.  Il est aussi recommandé de consulter périodiquement un vétérinaire spécialisé en ostéopathie, physiothérapie ou chiropractie et ce, même sans la présence de blessure apparente.  Écoutez les signes physiques et psychologiques et vérifiez toujours l’état des pattes de votre chien avant, pendant et après l’entraînement.  De cette façon, vous serez à même de détecter les problèmes ou blessures avant qu’ils ne s’aggravent.  De plus, n’oubliez pas que le chien a également besoin de s’hydrater pendant l’exercice.  Les entraînements sont à éviter lors des températures chaudes d’été afin de prévenir les coups de chaleur.  Les distances et les efforts doivent être ajustés selon les conditions météorologiques et de sentier. Un autre point à ne pas négliger est la bonne alimentation du chien, qui doit être adaptée à l’intensité et l’horaire de ses entraînements.  Nous pouvons vous aider à prévoir le tout.

En conclusion, le canicross va au-delà du simple sport.  L’humain et le chien doivent savoir utiliser un langage commun et être à l’écoute l’un de l’autre afin que tout se déroule bien.  Loin d’être un accessoire à la performance, le chien devient plutôt un coéquipier hors pair et mérite les mêmes soins que l’humain avec lequel il travaille.Pour plus de détails sur ce sport enivrant, venez nous rencontrer en boutique avec votre chien.

Il nous fera plaisir de vous accueillir!

Guylaine Tougas, propriétaire